Wirtschaftswissen leicht gemacht / Economy for everybody

Couverture Livre

Guillaume Liby ist Wirtschaftswissenschaftler und lebt in der Elfenbeinküste. Wir kennen uns seit 30 Jahren. Wir haben zusammen in den USA studiert. Seitdem sind wir Freunde. Jetzt habe ich erfahren, dass er ein Buch geschrieben hat. Über was? Natürlich über seine Leidenschaft: Die Ökonomie. Als Banker weiß er, dass ein Großteil der Bevölkerung davon nicht allzu viel Ahnung hat. Und genau da möchte er ansetzen: Wirtschaft für alle verständlich machen. Vor allem ist das Buch für Menschen im französisch sprechenden Teil Afrikas geschrieben worden. Damit sie besser verstehen, wie Wirtschaftssysteme in diesem Teil der Welt funktionieren. Das Lesen des Buches ist ein Muss für alle Interessierten. Denn immer wieder analysiert der Experte auch den westafrikanischen Markt und seine Mechanismen.

English: Guillaume Liby is an Economist from Ivory Coast. I know him for the last 30 years, because we have been studying together in the US. Since then we are friends. Now I got to know that he wrote a book. About what? Of course about his passion: The Economy. Working as a bank manager he knows that many people don’t have the knowledge to deal with the facts and risks of economy. Especially for those people in the French speaking countries of Africa he wrote the book. With the aim that people learn to understand how is the function of economic systems especially in this part of the world. The book is a Must Be for all those who want to understand how economy works over there. The expert Liby focuses and analyses – again and again – the market and its mechanism especially in West African countries.

Here he speaks in an Interview (English and French):

IN ENGLISH

Your stated goal for this book is to ensure everyone understands economics. Do you think that is possible and why do you want that?

I clearly believe it is possible for every citizen in this world to grasp all the economical concepts that shape our everyday life. After all, economics aims to organize how we produce and consume things in the society. This is not new. Every civilization through the ages has been doing that. The only difference is that things have become a little more complicated. Therefore, if you use logic to explain economic concepts, it is possible for everyone to understand how economy works.

I believe it is important that everyone masters those concepts to question proactively the government’s economic policies. Knowing that the ordinary citizen understands all the variables that move the economy, the government will be more inclined to do the right thing. This will reduce the margin of error for the benefit of the society as a whole.

In addition, I provide some advice to entrepreneurs to develop a winning strategy as well as to individuals. Advices on how best to manage their revenues and get ready for retirement.

You are then reaching out to every citizen?

Indeed. Although, there are valuable specific lessons for African countries, in Africa, we have been applying Keynesian economics with the thinking that big projects will spur growth and foster economic development. When that does not work, we turn to liberal economics with privatization, austerity, tight monetary policy etc. We have been doing this for years and poverty keeps rising.

In my book, I explain those concepts clearly. If one closes the last chapter, he sees for himself that those policies failed in Africa because the right environment is not in place. When you select the wrong contractor because of corruption, you end up with an undesirable output. The debt keeps then increasing and so does the poverty level.

The poverty cycle needs to be broken. Only if governments act in full transparency, then those policies that have been essential to the development in others parts of the world and can yield good results in the continent.

What is your take on the monetary relationship between the French and the African countries as members of the Zone Franc?

Those relations can be traced back to the colonial era. In the early 1960’s after the independence, the French government and its former colonies signed various agreements to govern commercial and political relationships. One of such key elements is the monetary agreement whereby the currency of the 14 African countries of the zone franc, called FCFA is pegged to the French Franc with foreign reserves from those countries managed by the French Treasury. Today, the FCFA is pegged to the EURO with a fixed exchange rate of 655,957 FCFA per one unit of Euro.

The FCFA is then governed by the rules of the fixed exchange regime. Of course each exchange regime, fixed or flexible, has its advantages and inconveniences. While the flexible regime might be suitable for developed countries with a larger share of world trade, the fixed regime could apply for developing countries. Therefore, in this regards, the fact that the FCFA is under a fixed exchange regime is not such a big issue. Other people might think different. But, this is the normal course of economic debates.

The issue that comes to the resentment is the fact that after almost 60 years of independence, 50 percent of foreign reserves of those African countries are still earmarked to be managed by the French treasury. This needs to evolve to reflect the current state of affairs in Africa where people are fighting for more independence.

Despite all of this, it is worth nothing that a new monetary agreement is being worked out by West African countries to create a new currency for the region. It is called the ECO. It is slated for circulation at the outset of the next decade.

What can you say about yourself?

I am from Ivory Coast. I lived and studied abroad. The great thing about the western world is the practice of knowledge sharing. I think that is something we Africans should do more. I have more than 25 years experience in banking. Bankers are at the cornerstone of what is happening in the economy and they should share their experiences for making society better. I have always wanted to add my contribution.

Guillaume Liby

IN FRENCH

Votre ouvrage ambitionne de rendre les mécanismes économiques compréhensibles pour tous ? pensez-vous que cela soit possible et pourquoi voulez-vous le faire?

Je crois fermement que cela est possible. Premièrement parce que l’économie n’est rien d’autre que le système d’organisation de la production et de la consommation dans une société. Or toutes les sociétés à travers les temps se sont toujours organisés pour bien répondre à ces deux objectifs. Si à notre ère, les choses se sont tout de même complexifiées, il n’en reste pas moins que la base demeure. Dans ces conditions, en expliquant les choses simplement selon la logique dont chacun d’entre nous est dotée, il est possible de rendre le fonctionnement de l’économie lisible pour tous.

Cela est d’autant plus important que les populations quel que soit leurs origines auront les mêmes informations et connaitront les critères qui permettent de prendre telle ou telle décision. Le dirigeant n’est plus seul à maitriser les concepts et dans ce cas il fera bien attention à la politique économique qu’il devra choisir. La marge d’erreur se rétrécie et c’est tant mieux pour la société.

Ce livre donne aussi des conseils pratiques aux entrepreneurs pour développer des stratégies gagnantes et aux ménages pour mieux gérer leurs revenus et mieux préparer leurs retraites.

C’est donc un ouvrage à caractère universel?

Oui tout à fait. Même s’il est possible d’en déduire des enseignements spécifiques pour l’Afrique.

En Afrique, et ce depuis des décennies, on estime qu’il faut lancer de grands travaux pour accélérer le développement économique. C’est la trame de la pensée Keynésienne. Ceci produit en effet des résultats à certaines conditions que nous expliquons dans le livre En Afrique, on remarque que ça ne marche toujours pas bien aussi qu’on l’aurait souhaité. Dès lors que ce constat est fait, on se tourne aussitôt vers des politiques d’inspiration libérales. C’est la rigueur budgétaire, les privatisations, la réduction de la masse monétaire. Ce Ping Pong est fait depuis des décennies et le continent s’appauvrit.

Ce que je propose est donc d’expliquer clairement ces concepts et lorsqu’après la lecture, vous maitrisez ces concepts, vous vous rendez tout de suite, et seul que ces politiques ne peuvent réussir en Afrique sans la mise en place de de pré requis fondamentaux, notamment l’instauration d’une transparence totale dans l’attribution et l’exécution des travaux et dans la gestion des finances publiques. Il faut sortir du cycle vicieux des travaux mal exécuté, qui alourdissent la dette et enfonce les pays dans la pauvreté. Appliquer des politiques monétaires à la Milton Friedman dans un environnement où plus de 80% de la population active vit dans la précarité n’est pas une solution. Les pauvres ne peuvent pas générer l’inflation.

Alors que pensez-vous des relations monétaires entre la France et les pays africains de la zone franc?

Ces relations datent de l’ère coloniale. Divers accords ont été signés au lendemain des indépendances pour légiférer les relations commerciales et politiques entre les nouveaux états indépendants et la France. Le sujet le plus visible et qui fait l’objet de tant de crispation est la question du FCFA qui est la monnaie commune à 14 pays de la zone franc.

Il s’agit d’une monnaie adossée à l’Euro par une parité fixe à hauteur d’un EURO pour 655,957 FCFA. Il s’agit donc d’un arrangement qui tombe sous le coup du régime de change fixe. Le régime de change fixe tout comme le régime de change flexible ont leurs avantages et ses inconvénients. Si le change flexible est adapté particulièrement pour les pays qui font le marché, c’est-à-dire qui disposent de gamme de produits variés dont la demande est forte, le change fixe peut être une option pour les pays à la périphérie du commerce mondiale. De ce point de vue, que le FCFA obéisse aux règles du change fixe ne me pose pas de problème. Le point qui attise par contre les rancœurs et qui devrait inviter tous les architectes de ce système à une profonde réflexion est le processus du compte d’opération, par lequel, les réserves internationales des pays de la zone franc transitent par les comptes du trésor français. Après près 60 ans de pratique, ce type de mécanisme semble désuet et nécessite une remise à plat en profondeur.

Ceci dit il y a une évolution for judicieuse en cours en ce moment qui est la création d’une nouvelle monnaie ouest africaine qui prendra en compte tous les pays de l’Afrique l’ouest. Cette monnaie est dénommée l’ECO et devrait voir le jour au début de la prochaine décennie.

Parlez-nous de vous?

Je suis un ivoirien qui a eu la chance de voyager et d’étudier à l’étranger. L’une des grandes forces des pays développés est le partage des connaissances. C’est ce que j’essaie de faire à travers ce livre. J’ai une expérience professionnelle de plus de 25 ans dans le secteur bancaire. Le banquier est à mon avis uniquement qualifié pour connaitre les interactions entre les différents agents économiques, leurs forces et faiblesses. Après tout, tout le monde se retrouve à la banque. C’est pourquoi il doit partager son expérience. Il ne s’agit pas seulement de parler des opérations purement bancaires mais surtout comment améliorer les flux économiques dans l’ensemble de la société. J’ai toujours aimé être utile et j’espère l’être avec le livre.

Guillaume Liby: Economie pour tous, 246 pages, 20 Euro. Ready to order? Here!

 

 

 

 

 

 

 

Über sl4lifestyle

Journalistin aus Leidenschaft, Tierschützerin mit Hingabe und neugierig auf das Leben. Ich stelle Fragen. Ich suche Antworten. Und ab und zu möchte ich die Welt ein Stückweit besser machen ... Manchmal gelingt es!
Dieser Beitrag wurde unter Africa, Autoren zu Gast/Guest Authors, Literatur abgelegt und mit , , , , , , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s